Qualité des eaux

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La Chambre d’agriculture soutient les démarches environnementales des territoires

Aujourd’hui tout le monde s’accorde pour dire que l’eau est une ressource précieuse. La préserver relève du devoir de chacun, et la profession agricole est depuis longtemps mobilisée sur cet enjeu essentiel. C’est dans cette perspective que la Chambre d’agriculture de l’Hérault anime plusieurs démarches territoriales pour accompagner les acteurs locaux, et faire évoluer durablement les pratiques.

Dans cet esprit, elle anime des démarches pour le compte d’organisations de producteurs sur deux territoires IGP viticole et de collectivités territoriales sur trois aires d’alimentation de captage.

  • Captage du puits de l’Aumède pour la mairie de Le Pouget (depuis 2015)
  • Captage du Fenouillet à Vacquières pour le SMEA de la Région du Pic St Loup (depuis 1997)
  • Captage du Dardaillon pour la mairie de Vérargues (depuis 2012)
  • IGP Côtes de Thongue pour le Syndicat des Côtes de Thongue (depuis 2011)
  • IGP Vicomté d’Aumelas pour l’Union des Vignerons de la Vicomté d’Aumelas (depuis 2014)

Une plaquette (à télécharger ci-contre) a été élaborée pour retracer les 20 ans de mise en place de la démarche de Vacquières, et expliquer les facteurs de réussite de la reconquête durable de la qualité de l’eau de ce captage ». 

Aires d’alimentation de captage : des zones à enjeu

Une Aire d’alimentation de captage (AAC) est définie comme l’ensemble de la surface sur laquelle l’eau qui s’infiltre ou ruisselle alimente un captage. Depuis 2009, 534 captages, parmi les plus sensibles, doivent faire l’objet d’un plan d’action pour lutter contre les pollutions diffuses. Depuis le 1er janvier 2016, se sont ajoutés 500 nouveaux captages prioritaires, portant à plus de 1000 le nombre de territoires sur lesquels une démarche doit être déployée.

Les enjeux pour les collectivités

Les collectivités gestionnaires de ces ouvrages ont des obligations réglementaires de reconquête de la qualité des ressources concernées. Elles peuvent faire appel à une large gamme d’actions pour lutter contre tout type de pollutions. Cette démarche doit se déployer à travers de programmes d’actions menés avec tous les acteurs locaux (agriculteurs, citoyens, collectivités, gestionnaires d’infrastructure, scolaires, …) pour protéger la ressource en eau.

Les actions agricoles sont diverses, on y trouve entre autres :

  • La mise en place chaque fois que possible de techniques alternatives au désherbage chimique, afin de réduire l’utilisation d’herbicides.
  • Des démonstrations de matériels et de pratiques, des formations visant à limiter les transferts des produits phytosanitaires de la parcelle vers les eaux de surface et de limiter les risques de pollution ponctuelle.

Le département de l’Hérault compte 21 captages identifiés comme prioritaires, répartis sur 13 territoires d’aires d’alimentation de captages. Pour faire vivre les programmes d’actions définis localement, les collectivités gestionnaires créent des postes d’animateurs territoriaux.

Parallèlement à l’animation des 3 AAC citées ci-dessus, la Chambre d’agriculture anime, en partenariat avec l’Agence de l’Eau, une « Mission Captage » ouverte à tous les animateurs territoriaux du département. L’objectif est d’organiser un cadre de collaboration pour accompagner les agriculteurs dans la reconquête ou le maintien de la qualité de l’eau.

Les démarches de structures économiques

Les structures économiques agricoles (caves coopératives, organisations de producteurs, …) sont des acteurs qui fédèrent de nombreux agriculteurs et couvrent de vastes surfaces. Elles sont des interlocuteurs incontournables pour travailler sur la réduction de l’impact des activités agricoles sur la ressource en eau.

De nombreuses structures ont fait émergé des projets dans le département, dont :

Les actions portent suivant les enjeux locaux sur :

  • la mise en place de techniques alternatives au désherbage chimique, afin de réduire l’utilisation d’herbicides
  • le développement de la confusion sexuelle, afin de réduire l’utilisation d’insecticides,
  • la mise en place de la démarche Biodiv’Eau

Contacter

Vous souhaitez un conseil personnalisé, un renseignement ?

Alice BOSCHER

Chargée de mission

Tél : 04 67 20 88 33

Publications

Télécharger

Voir aussi